Team no bra, free boobs !

Pour les non anglophones, je me revendique in English de l’équipe des sans soutifs, aux seins libres !

Sujet encore étonnamment tabou, choquant pour certains.

 » Tu ne viendras pas te plaindre quand tu auras des gants de toilettes à la place des seins » ,  » tu n as pas honte ? Surtout devant tes élèves ! » ,  » C’est moche un téton qui pointe  » ,  » t’as pas peur de passer pour une sa**** ?  »

Voilà tout ce que j’ai reçu comme remarques à la constatation visuelle de ma nouvelle façon de me vêtir ou à l’annonce lorsque ça se présentait dans la discussion.

C’est fou comme le téton, le sein féminin est un sujet qui ne devrait pas en être un. J’imagine si je faisais l’annonce de ne plus vouloir m’attacher les cheveux les mêmes commentaires  » tu ne viendras pas te plaindre quand tu auras les cheveux filasses  » ,  » tu n’as pas honte surtout devant tes élèves ! » ,  » T as pas peur de passer pour une s*****? » . Ça surprendrait , non ? Et bien ça me surprend tout autant qu’on ne laisse pas nos tétons en paix.

D’ailleurs, ces tétons, sont malmenés uniquement lorsqu’ils appartiennent aux femmes. Je ne peux m’empêcher de souligner la censure d’instagram sur les tétons féminins alors que d’autres images de fesses, beaucoup plus sexualisées que des nus artistiques, perdurent sur la plateforme et que les torses nus d’hommes sont acceptés.

Attention, la lingerie féminine, c’est joli, c’est agréable à porter parfois. Libre à chacun et chacune de porter des soutien gorges ou non. J’expose juste mon vécu, mon ressenti et essaie de banaliser les décisions de chacun.

Qui a bridé les seins ?

Dans l’antiquité, il existait des bandages pour aplatir la poitrine, look androgyne, faciliter les activités physiques… Diverses étaient les raisons. Cependant certaines modes laissaient les seins apparents, soutenus par des lanières plutôt que dissimulés. Les seins à l’air libre, les seins libres tout court étaient aussi monnaie courante.

Au Moyen-Âge, les seins sont laissés libres le plus souvent sous les sous robes de lin ou de chanvre. Chez les nobles, on les bandes puisque le ventre est plus à la mode que la poitrine, il ne doit pas être caché, certaines vont jusqu’à rembourrer leurs robes au niveau du ventre.

Mi XIVeme, apparaît la mode des cols carrés avec tétons apparents. Merci à Agnès Sorel, maîtresse de Charles VII pour cette mode.

Toujours pas de soutien gorge comme nous pouvons connaître.

Le corps baleiné apparait au XVIIème siècle, rigide, parfois en fer, il se porte par dessus une sous robe et sert à affiner la taille des femmes… Et parfois des enfants!

Vient ensuite, au XIXe siècle, le célèbre corset, plus souple que le corps baleiné. Il est intéressant de s’arrêter sur l’étymologie qui vient du médiéval, faisant référence au surcot ou à la côte de maille…Car oui , le corset a longtemps été un vêtement militaire et donc porté par des hommes. Alors messieurs? On fait moins les malins !

Angleterre, France, Etats Unis et Allemagne se disputent selon les sources les inventeurs ou inventrices du soutien gorge. Arrêtons nous sur quelques noms.

D’abord, Herminie Cadolle, française tenant un magasin de lingerie en Argentine, côtoyant l’anarchiste Louise Michel, présente à la grande exposition de 1889 son idée de « corselet gorge ». On a l’idée de libérer le corps des femmes par le port d’un sous vêtement plus souple et agréable que le corset. Au début du XIXe siècle, Docteuresse Witkowski propose un projet similaire. C’est finalement Mary Phelps Jacob qui brevète en 1913 le soutien gorge.

Ensuite, la haute couture vient s’en mêler, et avec elle, les hommes qui ne porte pas de lingerie. Le raccourci est vite pris pour qu’un outil autrefois appelé  » Bien être » se retrouve un instrument de sexualisation de la femme, d’objectivisation de sa poitrine.

Ce que je retiens personnellement

On constate que le soutien gorge apparaît pour des raisons idéologiques et esthétiques.

Ainsi, la croyance populaire que nos seins vont tomber si nous ne les maintenons pas avec un vêtement est erronée. Pire, une étude a été menée sur des femmes sportives et arrêter de porter le soutien gorge a permis aux seins de plusieurs d entre elles de remonter de quelques millimètres. En effet, des muscles existent pour soutenir nos poitrines et en usant des soutien gorges, nous ne les faisons pas travailler, ils se ramollissent et nos poitrines également !

Quand à la honte… Honte de quoi au juste? Il faut savoir que dans d’autres culture sur la Terre, il est complètement déplacé pour une femme de montrer ses jambes, qui mènent au sexe, alors que cheminer seins nus est acceptable, étant la poitrine nourricière. Alors si nous avons fait fit de la honte de montrer nos jambes, ne peut il pas en être de même pour nos poitrines? Et si messieurs parviennent à se tenir tranquille à la vue d’une cuisse, serait ce possible de rester calme lorsqu’un téton pointe? Téton qui pointe d’ailleurs pour de nombreuses raisons autre que le désir sexuel. C’est important de le préciser. Et mes élèves? Mes élèves sont jeunes et malléables. C’est aujourd’hui et maintenant qu’il faut banaliser le port du soutien gorge ou non. De la même manière qu’ils apprennent à accepter des petits garçons aux cheveux longs, des petites filles aux cheveux courts, ils intègrent également qu’un corps de femme est composé de seins, avec des tétons qui parfois apparaissent sous le t shirt, de la même manière que parfois un tatouage dépasse sous un vêtement, une cicatrice s’aperçoit et que c’est acceptable et naturel. Il n’y a pas d’exhibition délibérée.

J’avais terriblement peur de ça. Le quand dira t on des parents. Les reproches de la direction, des collègues. J’ai la chance d’être dans une équipe bienveillante, je ne le répéterai jamais assez, avec des personnes autour qui s’en fiche complètement de ma tenue vestimentaire et de mon port de sous vêtement ou non.

Et enfin, « passer pour une s… »… Et bien le regard des autres , surtout les personnes capables d’émettre ce jugement , je m’en fiche complètement. J’ai déjà par d’autres billets, d’autres choix et actes eu l’occasion de passer pour une s. Et si c’est le prix à payer pour être bien dans mon corps, j’accepte.

Alors oui, je dis oui à la vie des seins en liberté !

Une réflexion sur “Team no bra, free boobs !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s