« et la pluie qui tombe doucement sur mes carreaux… »

Je fais de l’EMDR, une technique pour revenir à des traumas par le mouvement des yeux et des signaux kinesthésiques. Pendant la première séance, il a fallut créer mon espace de sécurité en quelque sorte.

 » dites moi un lieu, complètement imaginaire ou réel où vous vous sentez en sécurité. »

Spontanément, j’ai répondu mon canapé. A force de questions, on a transporté le canapé près d’une rivière entre la mer et la forêt avec un cheval, un chien et mon chat… Mais je reviens sur le canapé.

J’essaie de me lever tôt. Tout est plus calme le matin quand on n’a pas à s’agiter au travail. Ce matin, je me suis levée tôt et lovée dans les plaids doux du canapé, l’odeur rassurante des bougies, j’entends la pluie qui tombe à clapotement régulier sur mes carreaux.

La pluie qui tombe sur les carreaux, en particulier le velux, c’est l’un des sons le plus rassurant pour moi. Preuve de sécurité. Protegée de la tempête extérieure, je suis au chaud, au sec je respire tranquillement.

Cela me rappelle une chanson de Dorothée. Et je me demande si, certaines sensation de sécurité ne me font pas un peu régresser. Me rendent tantôt ma nostalgie tantôt ma mélancolie chronique.

La pluie pour laver. Quand il se met à pleuvoir, je me sens lavée de l’intérieur. c’est un relâchement du plexus solaire. La sensation d’un poids qui s’échappe. Il me faut juste le temps et la conscience de le saisir.

Je suis seule. Et j’apprécie cette solitude que rien ne doit venir rompre.

Douce journée pluvieuse.

Depuis la première ébauche de cet article, j’ai ajouté des lieux, des recoins et des animaux dans mon endroit idyllique de « Sérénité« .

Un champ de boutons d’or le long de la rivière. Un cheval alezan, un chien croisé entre le Léonberg et le chien de chasse et Compote, mon chat qui sociabilise au milieu de tout ça. D’un côté une forêt d’arbres noueux et centenaires, où se cachent sûrement des fées que je n’ai pas encore débusquées, de l’autre, une falaise et un chemin jusqu’à une plage d sable fin où viennent me saluer des baleines. Une baleine bleue, une orque et un béluga.

Le reste, je le garde pour moi. Seule mon âme a la clé de « sérénité« .

Etrangement, il fait doux et il n’y pleut pas. Et pourtant, la pluie m’apaise. Etrange que la sécurité mentale.

Une réflexion sur “« et la pluie qui tombe doucement sur mes carreaux… »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s