Dans quel monde vivons-nous?

Elle est bien gentille Mel, dans le fond de sa petite ruche douillette, à base de couvertures pilou pilou, d’encens, ses questions existentielles de blanche européenne cisgenre qui ne parle pas de sa sexualité et lutte contre elle même et des problèmes invisibles qui pourraient ressembler à des chimères pour beaucoup, pour ne pas dire un ramassis de conneries imaginaires.

La p’tite Mel, elle voit bien qu’il n’y a pas que son monde intérieur qui se barre en sucette. Mel, 29 ans, je suis témoin des conséquences de la société de surconsommation, du réchauffement climatique, de la pandémie mondiale du COVID depuis 2 ans, la guerre de 30 ans en Afghanistan, le terrorisme, la peur, le racisme et la xénophobie, le retour de la guerre en Europe et la guerre en Ukraine, la flambée des prix, la misère française à 15% de la population, le manque d’humanité et l’individualisme général et j’en passe.

Oui, je vois le malheur ambiant, les catastrophes mondiales. Je suis légèrement amère que certains s’agitent quand la guerre est à leur porte mais ne se souciaient pas de celles lointaines. Ce phénomène porte un nom qui m’échappe , l’empathie qui diminue proportionnellement à la distance des faits et la longueur des événements.

Oui, je vois la misère, les malades, les morts, les disparitions, les blessés, les ravages du monde sur le monde.

J’ai vu un reportage sur des jeunes Ukrainiens fabriquant des cocktails molotovs. Des vidéos sur des « résistants » ukrainiens qui commentaient sur les réseaux. Je me suis projeté, si le monde survis jusque là, mes petits enfants étudier ces documents comme archives en cours d’histoire.

Le monde est moche. Je le sais je le vois. J’ai peur. J’angoisse. J’ai honte. Je culpabilise. Est-ce que ces émotions et sentiments qui persistent sont liés à cette condition humaine que je ne peux changer et tout ces constats ?

Si tu n’aimes pas le rap, je t’invite à couper le son mais lire le texte percutant d’Orelsan ( on passera sur la polémique du terme « mongol », je m’excuse auprès du peuple mongol, le reste est quand même très bien écrit):

Et puis, parce que nous sommes humains, aussi idiots et cruels qu’ingénieux et bons, une chanson de Lynda Lemay, qui reflète exactement le fond de ma pensée. Un peu d’optimisme et de douceur dans toute cette violence et ce monde en feu.

Les commentaires sont ouverts aux angoissés qui veulent décharger, aux optimistes qui veulent soulager, aux personnes qui ont de bonnes idées, la ruche, Team abeilles, Solidaires et Légitimes. Refuge au milieu de la folie.

3 réflexions sur “Dans quel monde vivons-nous?

  1. Latmospherique dit :

    Le monde est fou et le monde est beau, c’est un mélange doux-amer avec lequel nous tentons chaque jour de composer.
    Le monde a toujours été sanglant, violent et généreux aussi. Je crois que tout dépend beaucoup du regard que l’on pose dessus.
    Très belle cette chanson de Linda Lemay. Elle sait toujours trouver les mots justes

    Aimé par 1 personne

  2. atelierduphoenix dit :

    J’ai l’impression de me poser ces questions depuis mes 8 ans … Le poids de la culpabilité d’être « une privilégiée » incapable de vivre « normalement ». Pourquoi ai-je toujours eu l’impression d’être bancale ? De ne pas être à ma place … D’être un imposteur … ce rendre compte du monde qui ne tourne pas et notre impuissance face à cela. Je te comprends Mel … pas facile de vivre dans ce monde (et même vivre tout court certain jour)
    Bises d’une âme qui te comprend !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s