Je vois quelqu’un… Oui, je me fais suivre par un psy, et alors ? 2


Je souhaite revenir sur l’article de la semaine dernière avec les textes en vrac de mon cahier du psy de 2011 et la sublime chanson de Lynda Lemay sur la consultation d’un psy.

La dernière fois, j’acceptais de dévoiler une partie intime de mes confidences écrites sur mon mal être. Cette fois, je tiens à faire passer le message qu’il est bon et bénéfique de consulter. Qu’il est nécessaire pour la plupart si ce n’est pour tout être humain à un moment ou un autre de sa vie de consulter un psychologue ou un psychiatre selon les cas. Une thérapie aide toujours à mieux comprendre ses mécanismes et pouvoir choisir en pleine conscience de les changer ou de les embrasser. Savoir permet de se libérer. Car les méthodes de protection que l’on peut dans l’urgence établir et garder toute une vie durant ne sont pas forcément les plus appropriées et peuvent mener à de plus grandes souffrances. Il faut un œil externe et avisé pour le percevoir, l’accepter et apprendre à travailler sur ces actes, ces façons de faire, d’être qui ne nous conviennent plus, nous coupe du monde, de notre réalité. Cela peut aussi se terminer sans grand changement mais au moins avec un regard éclairé sur sa personnes et ses failles :

spoiler alert : Nous avons TOUS des failles et des casseroles.

J’ai arrêté mi 2012 de voir le psy de l’époque. Je n’ai aucun souvenir à par 2 . Une séance que j’ai passée à pleurer. Parce que je n’arrivais pas à parler. Je me rappelle de l’odeur de vieille maison de la salle d’attente et des murs rampants qui me faisait me sentir à l’étroit. Je me rappelle de la gentillesse du psychologue. Et qu’il m’ait dit  » ce n’est pas parce qu’une femme s’est faite violée, elle sait pourquoi elle va mal, ce n’est pas de savoir qui l’aide à s’en remettre. » A part cela, je n’ai absolument aucun souvenir de la psychanalyse, qui n’en était pas une finalement. Je ne sais pas. Je me suis remise tant bien que mal en ayant, après des pulsions morbides, décidé de vivre par l’excès de pulsion de vie.

Et ça a fonctionné quelques années. Avec des baisses de moral à l’automne comme beaucoup. Des périodes de doutes comme tous. Des hauts et des bas parce que chacun traverse des périodes plus ou moins faciles et heureuses.

Et puis rentrée 2020, tout est sensé aller dans le meilleur des mondes. Et boum. écroulement. Harcèlement le retour, pression, incapacité à gérer mon temps de travail, mes émotions et mes limites. Je ne m’arrête pas, mais entame une psychothérapie.

C’est dur d’appeler pour prendre RDV. Surtout lorsqu’on est en larmes et que le psy n’a pas de disponibilité.

Merci aux plateformes qui permette de voir et de prendre les RDV en ligne. ça facilite la démarche quand elle est psychologiquement trop dure pour certains.

Mon médecin traitant me recommande une psychologue à 45 minutes de chez moi. Qu’à cela ne tienne, je tente. Je suis désarçonnée par son âge qui doit être le même que le mien. C’est difficile de s’effondrer en larme devant une personne inconnue. De se confier.

 » Les gens ont la représentation qu’une séance chez le psy fait du bien. C’est en fait loin d’être le cas et c’est parfois difficile à leur expliquer. » Effectivement. Parfois on dépose juste et oui, ça fait du bien. Souvent on analyse, on creuse et…. On percute des choses. On comprend. On touche des nœuds, on fait exploser des abcès qui parfois n’étaient pas du tout visibles, dans l’inconscient. Combien de fois suis-je restée 1h , à l’arrêt sur le parking, à digérer ce que je venais de découvrir avant de repartir?

1 an et demi de psychothérapie avec une psychologue reconnue. Qui arrive un peu au bout de ce qu’elle peut m’offrir j’ai l’impression. Elle me propose d’espacer les séances et de consulter une hypnothérapeute pour aller chatouiller l’inconscient. C’est en cours.

Aller voir le psychiatre pour me faire arrêter, et, parce que je n’ai pas confiance en mon médecin traitant, ça aussi, ça a été un sacré challenge. Surtout que le premier que j’ai consulté à 18 ans, vierge et complètement ingénue me disais que j’avais  » un cul qui pourrait plaire à Strauss Khan » et que  » Voyez, vous avez des problèmes de choix, vous voulez coucher avec le stabilo jaune, mais le stabilo bleu a une plus grosse bite, donc vous ne savez que faire« . Autant vous dire que je ne l’ai vu que 2 fois et que j’ai très vite arrêté. J’ai bien fait de ne pas m’arrêter sur une mauvaise expérience. Car aujourd’hui j’ai un psychiatre compréhensif, patient, à l’écoute qui a su m’orienter vers les bons services.

Je consulte à l’hôpital au centre d’anxiété un thérapeute psychocorporel. Et par les actions du corps, nous arrivons à transposer mes schémas psychologique par mes actions. C’est une pratique qui à chaque fois me surprend tellement ça clarifie et ça fait émerger de chose. Le contact avec le praticien, ancien aide soignant qui s’est reformé et semble passionné, à l’écoute et dans le respect est particulièrement agréable. Je me sens comprise, et c’est presque le plus important pour moi. La compréhension.

J’ai une connaissance de lycée qui est formatrice en énergétique. J’ai participé à certaines de ses formations initialement dédiées aux personnes souhaitant devenir thérapeutes. Je m’en sers à titre personnel, et qui sait si un jour, je ne pourrais pas m’en servir pour aider mon prochain? En faire une de mes activités? Pour l’instant , je note simplement le fait qu’en quelques minutes au téléphone, elle soit parvenue à faire le bilan d’un an de thérapie, sa douceur, son énergie positive. Les séances de groupe en visio me font beaucoup de bien, je suis ravie.

Cet article et ce déroulé de praticiens pour vous dire qu’il n’est jamais trop tard pour se prendre en main, se faire du bien, chercher à comprendre , soigner, réparer pour mieux avancer et qu’il faut s’écouter et se faire confiance. Que c’est banal de consulter un professionnel de la santé mentale.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s