Togo 5 – La discorde

Comme toujours, nous commençons la semaine avec une fête. Ma nouvelle colocataire est arrivée. Ma nouvelle colocataire et amie. Elle est toute fine, métisse avec un regard direct. Elle semble assez froide au premier abord, mais c’est une personne entière qui sait rire et s’exprimer par tous les moyens possibles. Elle est tellement fascinante quand elle parle. Je sens qu’on va s’entendre .

Journée de discorde. Un vol aurait eu lieu dans la maison. Le ton monte plus que de raison. Une réunion trop solonnelle est organisée. Chacun accuse l’autre. On nous a menacé de régler ça chez le Vaudou. L’ambiance est électrique. Chacun mange de son côté. Les tristes clans Ameybos et Yovos se forment. Je suis déçue, moi qui m’entend avec tout le monde, n’ai fait, ni reçu de tord. Ça passera.
Et comme toujours, j’apprendrai à le voir en Afrique, ça s’arrange. Ici, on réagi très fort, on ressent violemment, le sang est chaud mais les colères passent vite. Une journée ne fait pas l’autre et tout passe. Ça va aller.

Je suis souvent seule à la maison avec les garçons de l’association et je capture quelques moments de vie. Je travaille sur mon ordinateur dans le garage, mais je les entends vivre, je les entends chanter. Huit hommes qui s’époumonent à chanter Aïcha. Ils ont de l’énergie à revendre et me communiquent leur joie de vivre. Le Temps s’écoule vite et lentement à la fois. C’est difficile à expliquer. Je suis dans une réalité fantasmagorique. A la fois actrice et spectatrice. Les choses sont tellement nouvelles, étranges et uniques je ne parviens pas à décrire l’espace temps.

Une rue d’Assahoun

Levés aux aurores. Enfourchement des motos et route vers la maison du député. La suave fraicheur du Togo en éveil m’apaise, et c’est avec délice que j’accueille le vent dans mes cheveux. Nous prenons le goudron dans un sens rarement pris en moto et j’apprécie la vue des champs d’ananas, de palmiers, les quelques fourmillières géantes oranges. Je suis ravie par ce trajet matinal qui me laisse entre sommeil et doux réveil. Nous sommes conviés au petit déjeuner chez le député. A sa propre table. Les garçons entretiennent le côté très pompeux de la rencontre avec la frappe dans les mains pour signaler sa présence, l’attente, l’inclinaison légère en parlant. Et puis le député est un homme chaleureux. Nous avons le droit aux petits pains chauds et même au lait en boite ! Grand luxe. Il nous propose de l’accompagner lors des meetings du président, faire le tour des bureaux de vote. Nous sommes enchantées. Mais cela ne se fera pas. Nous aurions pu nous en douter. Dictature semi-cachée, parole de politique et une barrière Afrique-Europe lorsqu’il s’agit de certaines thématiques comme celle ci.

L’école d’Assahoun

J’ai actuellement quinze piqûres de moustiques sur le bras droit dont huit qui se sont infectées assez sévèrement. Je désinfecte toute la journée mais du pue se forme. Ca me brûle et c’est gonflé. J’irai a la case de santé ou à l’hôpital si ça continue mais pour si peu, j’attends.

Départ en week end imminent. Je me lève aux aurores ayant pour mission d’aller au marché. Finalement, les garçons de l’association ont changé les plans sans m’en parler. Je vais donc me recoucher, à la fois un peu énervée mais heureuse d’avoir encore quelques heures pour moi en cette matinée.
Je décide de regarder « mon nom est personne » que Benoit m’a prêté. Et je pense fort à Papa. Ce film me fait du bien. C’est une bouffée d’air occidental sur ma vie togolaise. Un presque retour au source qui me ramène à mes valeurs, me fait rire et m’apaise. Quand les disputes pèsent, le mal du pays pointe, je dois regarder des films.

Affiche du film « mon nom est personne » provient d’Allociné https://www.allocine.fr/rechercher/?q=mon+nom+est+personne
Tranches de vie

5 réflexions sur “Togo 5 – La discorde

  1. atelierduphoenix dit :

    Mais quel dépaysement ! Cela remet beaucoup de choses en cause et en perspective … exactement comme quand je vais dans ma belle-famille en Algérie. Ça me permet de beaucoup relativiser et de voir une autre réalité me fait beaucoup de bien… quand je rentre en France, je suis étrangement apaisée et soulagée en même temps. On devrait tous une fois dans sa vie « voir ailleurs » sans préjugés mais avec bienveillance même si c’est parfois dur et que le mal du pays peut parfois survenir !
    Merci de partager tous tes souvenirs !
    Belle journée

    Aimé par 1 personne

  2. laruchedemel dit :

    Merci pour ton retour, le partage est un peu pudique, j’ai mis du temps à avoir le courage de partager, et de partager ces moments de mal du pays aussi. Et je suis contente que ça puisse rassurer et soulager d’autres.
    Je suis complètement d’accord pour la bienveillance, et ne pas juger et l’expérience du voyage pour chacun. D’ailleurs, j’espère que mes récits Se ressentent bien neutres , nostalgiques et respectueux. Car j’ai beaucoup d’amour pour ce voyage, les rencontres.
    Merci d’avoir pris le temps de me lire et le mettre en parallèle à ta propre expérience. Merci de m’aider à raviver et faire vivre ces souvenirs ! Bonne journée

    J’aime

Répondre à laruchedemel Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s