Top 10 des ouvrages lus en 2021 – Partie 1

Parce que ma grande fierté de l’année qui vient de s’écouler, c’est d’avoir raccroché à ma passion depuis que je sais décoder et encoder : lire ! En partie grâce aux audiobooks qui me permettent de rentabiliser le temps de route en voiture, ou de m’endormir comme les enfants une histoire dans les oreilles quand les lignes dansent devant mes petits yeux fatigués.

Merci à toutes les personnes cette année qui m’ont offert, conseillé, prêté, parlé de livres. Ce sont des cadeaux précieux, qui me touchent et ont le pouvoir de me permettre de m’évader, rêver, travailler mes méninges, penser, m’ouvrir à d’autres points de vues, d’autres réalités… J’ai la conviction que pour se sentir bien, il faut lire. Et pourtant, cela m’aura mis plusieurs années avant de relire, pour de vrai. Voilà un petit bilan de mes lectures de l’année.

  1. Le chœur des femmes – Martin Winckler

Merci à ma belle-mère et ma belle-sœur de m’avoir conseillé ce livre qui, de prime abord, ne m’aurait pas attiré l’œil, et que j’ai acheté après l’avoir emprunté afin de pouvoir le partager autour de moi.

De plus en plus, on voit des témoignages de violences gynécologiques. C’est affreux, pas assez reconnu. Ce livre, a le mérite de souligner les plus insignifiantes jusqu’aux gros traumatismes de l’acte médical gynécologique et propose des solutions, tout simplement humaines.

Une lecture qui m’a profondément touchée. Car moi, Mel, femme, j’ai la chance de ne jamais avoir subie de violence gynécologique et d’avoir eu accès à l’information et aux soins sans tabou. Ce livre m’a permis de découvrir plusieurs aspects :

  • la détresse, la méconnaissance et la difficulté à se faire soigner ou être renseignée
  • la posture médicale pas toujours adaptée à la demande, aux patientes
  • la difficulté à lier l’humain, sa personne, l’éthique et son métier

ce dernier point, en analysant cette lecture du début d’année fait particulièrement écho avec mes questionnements actuels sur mon métier, ma légitimité, mes valeurs, ce que j’attends et ce que je fais de mon travail… A méditer. Peut être, si des questions viennent, un article entier pourrait être consacré à cette thématique.

Résumé :Jean, bientôt diplômée en gynécologie se prédestine à une carrière de reconstruction génitale. Pour valider sa formation, elle doit passer encore quelques mois dans un service de gynécologie classique. Elle se retrouve autour d’un curieux gynécologue qui écoute ses patientes et privilégie l’humain aux protocoles froids. De cette expérience, va ressurgir un secret du passé.

Citations : « Les livres de médecine ne parlent pas des douleurs provoquées par les gestes des médecins. Et beaucoup de médecins pensent que si c’est pour le bien des patientes, la douleur est justifiée. Aucune douleur n’est justifiée. Jamais. »

« Mais nom de dieu, chez un médecin, la gentillesse ça devrait être un équipement de série, pas une option »

« Les médecins qui veulent le pouvoir font tout pour l’obtenir. Ceux qui veulent soigner font tout pour s’en éloigner. »

« Toute relation comporte une certaine part de manipulation. La question est de savoir jusqu’où on se laisse manipuler, et par qui. Et on peut éviter la manipulation en passant à la coopération. Au partage. »

Les + : Une thématique assez méconnue, qui reflète une réalité sur les conditions d’examens gynécologique, le manque de moyen et d’accès, les traitements peu tournés vers le bien être des patientes et la considération de leurs besoins.

Une fin assez inattendue pour ma part.

Les – : Quelques longueurs à certains endroits (particulièrement un passage de questions/réponses sur un forum).

  1. La faim du Tigre – René Barjavel

Merci Romane, qui m’a accompagné dans bien des voyages de m’avoir conseillé celui ci pour mon esprit. Un essai comme je les aime. Simple et grand. Qui se lit tout seul. Les phrases glissent et coulent. Les questions s’insinuent sans brusquer mais plutôt pour révéler.

Résumé : Difficile de résumer un essai. Il faut le lire pour comprendre. Je vous laisse le plaisir d’y plonger.

Citations : « Le monde est infini, dans ses directions, dans l’espace, mais aussi dans ses vérités. »

«  Un dé à coudre empli de tourbillons de rien : c’est l’humanité. »

« Chaque fleur est un sexe. Y avez-vous pensé quand vous respirez une rose ? »

« Celui qui crée crée sa Création. »

Les + : Un questionnement qui se fait simplement, presque de façon intuitive. Des phrases percutantes, évidentes. Une œuvre aérée et aérienne.

Les – : Je m’attendais un un roman, une histoire, cela peut être déstabilisant.

  1. Les coloriés – Alexandre Jardin Merci à Belle maman de m’avoir donné ce livre qui a été une révélation. J’ai aimé cette histoire, et si la création des coloriés reste violente, cette œuvre à parlé à l’enfant encore très présente (trop?) en moi et m’a donné envie d’agir comme l’héroïne, vivre la transformation du héros, sa régression jouissive d’aller à l’essentiel et arrêter enfin de souffrir du carcan social et des questionnements existentiels perpétuels. Un roman que j’ai dévoré d’une traite et qui m’a laissé une douce poésie dans le cœur.

J’ai récemment découvert qu’il existait deux titres différents des coloriés pour enfants. La révolte des coloriés et le secret des coloriés s’adressent à un public jeunesse. Les coloriés est un ouvrage pour adulte.

Résumé : Un ethnologue rencontre un sujet d’étude dans la cabane de son enfant : une jeune femme ayant la trentaine mais se comportant étrangement. Nue, le corps peint « à la couleur de son humeur », elle a des mimiques et des phrases enfantines. Elle se dévoile et lui explique qu’elle est une coloriée, une île où les adultes sont tous morts et des enfants ont assassiné leur instituteurs et ont régit leurs propres lois et mode de vie.

Un plongeon dans l’enfance, qui bouscule et questionne nos codes de grandes personnes.

Citations : « Avoue-le toi aussi que tu me tromperas !– Mais je ne le veux pas ! tonnai-je.– L’avouer ?– Non, te tromper.– Normalement ça nous tombe dessus, alors puis-qu’on sera pas des fidèles, ce serait déjà beau qu’on soit pas des voleurs de promesses, non ?– Moi j’ai envie d’être fidèle, répétai-je.– C’est mieux.– Quoi ?-T’as dit ‘j’ai envie’, au lieu de ‘je serai’. C’est déjà plus vrai. Tu progresses… »

« On devrait toujours aimer pour la première fois. » 

« Après tout, la vie valait d’être vécue si l’on avait la maturité de la colorier. Je recommençais mon enfance, pour toujours. »

Les + : La candeur, la simplicité, le retour en enfance et le goût acidulé que ça laisse après lecture.

Les – : Pour certains, peut être ce côté un peu simpliste. Le point de vue d’un père qui veut agir pour une femme enfant.

4. Je ne cours plus qu’après mes rêves – Bruno Combes

A l’occasion d’une dédicace dans une librairie, je me perds dans les rayons en attendant que l’auteur ami de mon cher et tendre soit libre. J’adore les librairie. L’odeur d’abord. Celle des pages encore jamais caressées, des couvertures encore intactes, de l’encre tout juste imprimée. Les couleurs et la géométrie des lieux. Ces tranches de livres toutes alignées, ces triangles de couleurs, ces collections qui jouent avec les lignes.

Et puis les têtes de gondoles bigarrées. Et c’est sur l’une d’elle que ce livre feelgood m’a fait de l’œil. Je l’avais acheté pour mes vacances en Grèce. Il m’a réchauffé au cœur de l’automne.

Résumé : Les 3 L, Louane, Lauren, Louisa, 3 générations différentes qui se retrouvent de manière incongrues toutes les 3 à régler différents problèmes qui nous concernent tous. S’affirmer en tant qu’adulte pour Louane 18 ans, trouver un sens à sa vie, arrêter le métro boulot inhumain et dodo pour Lauren tout en gérant sa relation aux hommes, et pour Louisa, retrouver ses racines et lutter contre Alzeihmer, qui pointe à la mort de son mari.

Je me suis beaucoup retrouvée en Louane et en Lauren. Des éléments de ma thérapie ont pris sens pendant la lecture de ce roman que je ne soupçonnais pas capable de toucher des cordes sensibles chez moi.

Je pense même en relire certains passages pour étoffer les citations offertes, et déguster encore la douceur de ne pas me sentir seule.

Citations : « Le hasard n’existe pas.Nous sommes programmés pour rencontrer les êtres qui nous ressemblent et nous complètent.Cela prend parfois toute une vie, mais à force d’espérer, nous finissons toujours par nous donner rendez-vous sur le chemin de la liberté. »

« On devrait vider nos cœurs comme on vide une vieille malle. Se débarrasser des tristesses qui débordent, des regrets trop poussiéreux qui embrument nos lendemains.
On devrait décorer nos cœurs de couleurs vives et chaudes, oublier le gris des années de pluie et accrocher un soleil au-dessus de nos portes.
Chaque matin, poser notre main sur notre poitrine et sentir notre cœur battre, signe de vie et d’espoir. »

Les + : La réflexion profonde sur les différentes étapes de la vie, sur des réalités pas très reluisantes de chacun d’entre nous. L’espoir que rien n’est figé et que tout peut s’arranger.

Les – : La présentation « feel good » roman léger, à mon sens ne rend pas justice à ce que ce livre a pu provoquer chez moi. La romance qui était un peu surfaite, mais non essentielle.

5. La Traversée des temps : 1 Paradis Perdus – Eric-Emmanuel Schmitt

Eric-Emmanuel Schmitt mérite et aura un article dédié. J’ai eu une claque il y a quelques années à la lecture de « la part de l’autre ». Depuis, j’ai dévoré presque l’intégralité de son œuvre, l’ai vu plusieurs fois sur scène, en dédicace, et visionné de nombreux interviews et conférences.

J’aime profondément son optimisme, son écriture épurée, claire et précise. Il me fait penser à un oncle familier. Un homme vers qui me tourner quand ça ne va pas pour me consoler, pour célébrer la félicité quand elle est présente.

C’est donc tout naturellement et avec une grande émotion que j’ai écouté en audiobook lu par l’auteur «  la Traversée des temps : Paradis Perdus », le premier tome d’une Saga que je sais être l’œuvre de sa vie.

Résumé : Noam est un homme du néolithique. Il a cependant une particularité : il ne meurt pas, il revient à la vie et traverse le temps. Éveillé de nos jours, sous une menace terroriste, il prend enfin la plume pour raconter son histoire, ses passions, et l’histoire du monde.

Citations : Il me faudra le réécouter, prendre des notes, trop gourmande, je me suis laissée porter et n’ai pas écrit depuis. Promis, je mettrai à jour cette partie. Cela vaut le coup.

Les + : Tant à dire. Toujours le mot juste, la sensibilité et les questions morales. L’humanité du héros. Les notes qui éclairent sur la période traité, des détails sourcés sans être trop lourds à recevoir. Le décor, la romance de l’Histoire.

La voix de l’auteur.

Les – : Devoir attendre si longtemps pour la suite, que l’on vient de m’offrir en papier pour Noël… A suivre en 2022 !

2 réflexions sur “Top 10 des ouvrages lus en 2021 – Partie 1

  1. Latmospherique dit :

    Merci pour ces partages que je note.
    Vous parlez bien de ces livres même si je n’en ai lu aucun. Je trouve que ça donne envie de découvrir de nouveaux horizons littéraires.
    « Mais nom de dieu, chez un médecin, la gentillesse ça devrait être un équipement de série, pas une option » c’est ce que je ne cesse de me dire!!!

    J’aime

    • laruchedemel dit :

      Je suis ravie que cet article ai réussi à donner envie sur de se tourner vers de  » nouveaux horizons littéraires », c’est très agréable d’avoir partagé ce retour. Et pour la citation et l’œuvre en général sur la gynécologie, c’est vraiment une petite merveille où on y apprend beaucoup de choses qui vont dans ce sens, se dire qu’il y a de l’espoir d’être entendues !

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s