Apprendre la patience avec les plantes : expérience de la main verte

Fin Avril 2021, début de l’aventure : prendre soin des plantes offertes, de celles de Monsieur, semer les cartes à graines surprises, et achat d’un petit cube pour les radis et les tomates cerises… Sous un beau ciel bleu et avec vue sur la campagne des Alpes mancelles

S’il ne fallait retenir qu’un seul de mes (trop) nombreux défauts, ce serait probablement l’impatience.
Comble de l’ironie lorsque l’on est enseignant, l’un des métiers où il faut savoir faire preuve d’une patience et d’un calme olympien. Mais lorsque l’on enseigne et que l’on jardine, il y a de quoi penser à du masochisme.
Et pourtant…

Pourquoi pas plus tôt ?
Depuis enfant, je vois mes parents entretenir le jardin, et cela ne me donnait pas réellement envie : être courbé, forcer sur la bêche, surveiller, devoir s’astreindre à l’arrosage quotidien… Le côté obligation et corvée m’était trop visible pour que l’activité me paraisse attractive. Déjà petite, la patience n’était pas mon fort. Alors arroser de la terre en espérant qu’en sorte quelque chose, très peu pour moi !
Par la suite, lorsque j’ai développé ma curiosité et mon volontarisme à me lancer dans de plus en plus d’expériences, le jardinage, la magie de préparer l’arrivée de la plante et en prendre soin m’a taraudée. Cependant, ayant une chatte portée sur le régime végétarien (courgettes, concombres et toutes les fleurs, bouquets et plantes vertes qu’on a pu m’offrir, y compris artificielles se sont faites croquer), j’ai abandonné l’idée, de peur de travailler en vain, et surtout de rendre malade mon petit chat.

Alors le déclic?
En plusieurs étapes :
1. Monsieur main verte
Emménager avec Monsieur voulait dire qu’il acceptait mon chat, mais que je devais accepter ses plantes et qu’il faudrait enfin dresser Compote ( et oui, ma féline s’appelle Compote) à ne pas machouiller tout ce qui est vert et végétal. Ma solution de supprimer le problème ne fonctionnait plus. Finalement, en mettant les plantes à des endroits plutôt en hauteur, elle n’a pas tenté de les manger et s’en est finalement désintéressée.
2. Déménager à la campagne
Alors autant la vie citadine permet de complètement oublier le vert, et n’en profiter qu’en balade dans les parcs ou à la campagne (pour ma part), le jardin de la maison donne envie d’entretenir, fleurir et travailler la terre. Paradoxalement, désherber et tondre ne m’intéressent pas… Mais je dispose désormais de l’espace pour mettre de vraies jardinières, peut être par la suite planter en pleine terre. Et puis le chat, à défaut de grignoter les plantes d’intérieur a pléthore de choix pour se purger dans le jardin, moins de risque pour mes expériences vertes donc.
3. Projet de classe
Comme toujours, le professionnel et le personnel communiquent de l’un à l’autre. En préparation d’un projet de plantations dans les jardinières de l’école et pour la fête des mères, j’ai décidé de tester à la maison : les tournesols nains afin de voir le temps de pousse et la dimension réelle des fleurs, ainsi que les radis de 18 jours. Et puis comme d’habitude, en mettant le doigt dans l’engrenage, je me suis trouvée happée. A côté des radis, j’avais de la place pour les tomates cerises. Et puis en ressortant d’anciens pots, je pouvais bien planter le calendrier fait avec des graines surprises. Et pourquoi ne pas tester les fleurs comestibles dans mes vieilles jardinières? A ce rythme, pourquoi ne pas emprunter la mini serre à semis de maman pour tenter des plants exotiques?

De A à Z, la différence avec avant
Et comment se fait-il que je possédais déjà des jardinières? C’est que j’avais tenté le jardinage et abandonné alors? Non. j’avais tenté le résultat final « Allô maman? Peux tu m’apporter des plantations pour mon balcon? Merci ! Et un peu de menthe pour les Mojito? Génial ». Et ni une, ni deux, tout se retrouvait déjà planté, poussé, sur mon balcon. Et j’arrose, une fois, deux fois, j’oublie, j’y reviens de manière irrégulière, j’oublie, les gelées… Et je n’y remets pas les mains. Pourquoi cela serait-il différent aujourd’hui? Pourquoi m’y remettre alors que c’est peine perdue? Tout simplement parce que ce n’est pas du tout la même démarche. Il y a une différence entre partir de rien, s’efforcer de veiller, surveiller, faire grandir… Et simplement profiter de la plante déjà grande. Aussi horrible que ce soit, je ne parviens pas à avoir le même engagement envers une plante déjà poussée et une dont j’aurais planté la graine. L’enseignement et les humains me prennent probablement toute la tolérance et la largesse d’esprit à m’occuper d’autres personnes pour que cela se poursuive sur le jardinage…
Toujours est-il, que, contrairement à soigner une plante offerte pour mon balcon, aider mes parents à entretenir le jardin, je touche par ces premières plantations le plaisir et la magie du jardinage.

Semences de graines :
Avril : 3 noyaux d’avocats : 1 dans l’eau, 1 dans un pot, 1 emballé dans de l’essuie-tout humide et dans un gobelet en plastique (déplacé mi avril dans la serre à semi)

Update du 3 juin… 2 avocats sur 3 ont pourri.

Update du 27 décembre : les fesses dans l’eau à la lumière a fonctionné ! j’ai 2 belles petites tiges qui sortent et les racines font désormais la longueur dune bouteille d’eau ! ne jamais abandonner.

N’hésitez pas à me laisser un commentaire si vous souhaitez un classement particulier ou pourquoi pas me suggérer d’autres graines à tester.

CARNET DE BORD – EVOLUTION

Carottes Atomic red

semées le 5 Mai 2021. Le 14 mai je n’ai pu résister à caresser la terre et découvrir que certaines graines avaient un minuscule germe. Cela sera probablement trèèèèèès long d’ici à ce que les graines donnent des carottes, mais je suis déjà heureuse que les graines n’aient pas encore succombées aux fourmis et qu’un petit germe pointe.

21 juin 2021 …. Limaces et escargots ne mont laissé qu’une seule carotte…


Radis de 18 jours
semées le 30 Avril 2021. Le 2 Mai, déjà les graines avaient germées et les premières petites tiges apparaissaient. 5 mai, de plus en plus de graines ont germées ( j’avoue avoir eu la main très lourde, encore une fois, trop peu sûre de moi, j’ai eu peur que rien ne pousse et j’ai semé toutes les graines du sachet). Les 4 petites feuilles apparaissent.

Tomates cerises

semées le 30 avril 2021. Le 8 mai, de minuscules feuilles de quelques millimètres pointent. Malheureusement, elles ne résisteront pas aux pluies. Le 14 mai, je constate de plus robustes pousses. Note pour l’année prochaine, faire les semis en février !

pépins de pommes

Fin avril j’ai mis des pépins sur du coton humide, dans un pot que j’ai laissé dans un placard.
Le 28 avril, deux des 3 pépins avait bien germé. Je les ai mis en terre le 5 mai.
le 8 mai, 3 jours après, la tige et 2 petites feuilles jaunes rabougries pointent en sortant de terre.


Tournesols nains

semées le 5 Mai. Le 8 mai, la tige sort déjà de terre !

Fleurs comestibles

semées le 30 Avril.


Cartes à planter surprise

semées le 5 Mai


Piment décoratif et piment de cayenne

Semées le 8 Mai . Update du 27 décembre : j’ai déjà récolté 3 piments de cayenne et les piments décoratifs ont fait de belles petites boules rouges !


Cotonnier

Semées le 8 Mai


Oiseau du paradis

Semées le 8 Mai. J’avais lu sur internet (wikihow je crois sans chercher plus loin) Qu’il fallait un an à la graine pour germer et 7 ans à la plante pour fleurir. Était précisé aussi que les températures devaient être élevées vers 25 degrés et constantes. Sans grand espoir, j’ai laissé le pot à température ambiante puisqu’il n y avait plus de place dans ma petite serre en me disant que je reprendrai plus tard l’expérience avec cette graine. J’ai posé une petite coupelle sur la terre par pure hasard : manque de place.

Lorsque le 16 mai, j’ai déplacé mes pots et soulevé la coupelle pour m en servir, qu’elle ne fut pas ma surprise de découvrir une toute petite pouce verte !

L’oiseau du paradis avait perdu sa jolie enveloppe marron et orange vif pour laisser place à une plus petite graine qui a germé.

J’ai donc sorti les autres graines de la serre en espérant que la température ambiante suffira pour toutes les autres.

Une surprise magique, j’ai vraiment eu le sentiment d’avoir 5 ans le matin de Noël. Peu à peu, en seulement 3 semaines, je découvre l’attachement véritable que l’on peut entretenir fasse à la culture de plantes.

L’ascenseur émotionnel, c’est quand je le suis rendu compte que ça ne ressemblait pas du tout à un oiseau du paradis mais qu’une graine de lentille avait glissé dans le pot!

2 réflexions sur “Apprendre la patience avec les plantes : expérience de la main verte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s